skip to Main Content
De L’art D’être éduc’ De Prev’ Un Samedi Matin à 7h

De l’art d’être éduc’ de prev’ un samedi matin à 7h

Secteur Ouest du territoire de Thonon : Alex et la confiance dans les capacités des jeunes.

 Le Biathlon n’est pas forcément le sport le plus populaire auprès de nos jeunes, mais l’attrait du tir à la carabine prend rapidement, dans leur tête comme dans notre présentation, le dessus sur la partie ski de fond. Une semaine avant l’évènement, nous passons distribuer les autorisations parentales et le premier doute nous assaille lorsque nous les préparons : l’heure de départ est fixée à 7h45 un samedi matin ! En voyant la réaction des jeunes nous comprenons vite que le doute peut devenir réalité et qu’il est bien possible que nous cumulions pannes de réveils et arrêts maladie ! D’autant plus que nous sommes en Séminaire (les séminaires d’établissement sont des temps institutionnels qui rassemblent l’ensemble des salariés autour de thématiques, points organisationnels, informations et questions diverses, relatifs à l’exercice de la mission) les deux jours précédents et que cela ne nous aidera pas à « mettre la pression » sur les groupes.

Premier jour au séminaire, Alex reçoit un sms de Rayene qui finalement s’est rendu compte qu’il s’était inscrit au foot en début d’année et que comme chaque samedi il aura normalement un match dans l’après-midi, mais pas sûr, mais il lui redit parce que ça dépend… Finalement, le soir même, il se désengage. Second jour de séminaire, c’est Bilot qui appelle pour dire que Melhi qui devait venir finalement ne vient pas mais que Anasse serait plutôt intéressé mais qu’il doit voir avec son cousin parce que sa mère… Alex leur propose de voir ça tranquillement entre eux, rappelant qu’il y a 4 places dans la voiture le lendemain matin et que finalement peu importe qui sera présents, pourvu que l’on puisse participer au challenge.

On rentre du séminaire vendredi soir en se demandant ce qui nous attend le lendemain. On prévoit de se téléphoner à 8h pour un état des lieux et voir si en groupant les forces en présence, il est possible de bricoler au moins une équipe.

Samedi matin, Alex arrive au premier point de rendez-vous, et ramasse comme prévu un premier participant motivé et à l’heure. Au second lieu de ramassage, trois autres jeunes sont présents. La journée débute plutôt bien.

Secteur Est de Thonon : Aline et Alain et la mise à l’épreuve du lien.

 « Un Biathlon ? C’est quoi ce truc ? à St Gervais ? c’est où ce village ? un samedi matin avec un départ à 7h ??? Vous êtes des malades… » …

Voilà à peu près ce que notre proposition à l’invitation des collègues de Sallanches a provoqué chez les jeunes du groupe qu’Alain et moi souhaitions emmener à cette super journée.

Ces 6 jeunes, nous les connaissons bien et, depuis plus d’un an, nous travaillons sur un projet de départ en séjour éducatif avec eux. Dans le processus de préparation de ce séjour, nous les accompagnons dans l’utilisation de codes qui leur permettraient d’évoluer sans « trop de douleurs » dans différents espaces sociaux, de mettre en discussion leurs attentes et leurs difficultés, de tenir leurs engagements… Le cadre et le support proposés par nos collègues nous ont alors semblé intéressants pour travailler à ces objectifs. Nous finissons par convaincre le groupe de jeunes de participer à cette journée malgré leurs réticences.

La veille du départ, je passe des coups de fil aux jeunes afin de leur rappeler le rendez-vous et j’ai la confirmation (d’à peu près tous) qu’ils seront bien présents.

Samedi matin 7h, Alain et moi sommes sur le lieu de départ. Nous patientons environs 10 minutes avant de commencer à appeler les jeunes. Nous nous retrouvons à converser avec des répondeurs très sympa, mais très très agaçants à 7h du matin, un samedi et après deux journées de séminaire.

Entre 15 et 18 ans le réveil matinal est peut-être plus compliqué, notre collègue de l’autre secteur ayant eu moins de mal à réunir son groupe plus jeune. Décidant de faire confiance à la qualité du lien construit au fil du temps autour de diverses expériences partagées avec ces jeunes, nous nous autorisons à aller frapper à des portes et à sermonner l’un des jeunes (décidé à ne pas ouvrir la porte de sa chambre) à travers la porte.

Malgré l’échec de ces tentatives, difficile pour nous d’abandonner cette journée Biathlon, de priver le challenge d’une potentielle équipe gagnante et d’obliger les collègues des autres territoires à pallier notre absence et à bouleverser une organisation réglée de main de maître par l’équipe de Sallanches et EPPM (Bravo !). Impensable ! pas un samedi matin, à 7h, après deux journées de séminaire…

Encore une fois, faisant appel au travail relationnel mené depuis plusieurs années auprès des jeunes et des familles de notre secteur, nous osons mettre la qualité de notre lien avec eux à l’épreuve en allant frapper à la porte de certaines familles. Pari gagné, puisque à 9 h, nous nous retrouvons avec 5 jeunes de 10 à 12 ans, dont les parents nous font suffisamment confiance pour nous accueillir à 8 heure du matin et nous confier leurs enfants pour la journée.

Aucun regret, surtout pas de la part des jeunes qui ont profité d’une journée ensoleillée et d’activités gérées par des professionnels. Ces derniers les ont accompagnés, non seulement dans l’appréhension des outils de cette journée (tir, ski, escalade…) mais aussi, ont soutenu notre travail éducatif autour de la relation à l’autre.

Mention spéciale pour l’organisation et la préparation du repas : mené de main de maître par des supers éducatrices, un groupe de jeunes absolument au top nous a fait déguster un barbecue que nous nous permettons de noter avec pas moins de 4 étoiles.

Aline PAGANI, éducatrice de rue à Thonon

Alex COTTET, éducateur de rue à Thonon