skip to Main Content

Camp chantier Chamonix…

TitreDu lundi 27 au jeudi 30 octobre, un groupe de 13 jeunes, garçons et filles, de 14 à 19 ans, de Thonon, la Roche-sur-Foron, Bonneville et Sallanches ont participé à un camp « chantier ».

Ce groupe était accompagné par quatre éducateurs des sites concernés, une éducatrice en apprentissage sur le site de Sallanches et un éducateur technique.

Il s’agissait de permettre à ces jeunes de vivre une expérience collective à partir d’un support tout autant technique qu’éducatif.

L’outil chantier associé à la pratique de camp offre en effet de multiples opportunités : permettre aux jeunes de découvrir un environnement différent du leur, c’est-à-dire leur permettre de se « décaler », leur permettre de se découvrir en acquérant des compétences techniques, en l’occurrence autour du bois, leur permettre de se confronter à des conditions de vie autres et parfois difficiles, de rencontrer d’autres jeunes, de partager…

L’hébergement s’est fait à Argentière, au « Vieux Grassonnet », un chalet de montagne de l’association « Chalet Vacances Montagne ». En lien avec l’équipe éducative, la gérante du «  Vieux Grassonnet » a proposé qu’en échange de la gratuité du séjour les jeunes effectuent de petits travaux dans le chalet. Le groupe de jeunes a accepté cette proposition et a donc effectué ces travaux lors de la 1ère journée de camp.chantier chamonix 2014

Les 2 jours suivants ont été consacrés au chantier bois. Salariés sur ce temps de travail, les jeunes ont pu s’expérimenter sur 5 ateliers et sites différents : coupe de bois, débardage à cheval, écorçage, fabrication de jardinières et, 5ème atelier, pas de bois celui-là, cuisine pour les repas du soir.

La contribution de l’animal, le cheval Icare (grâce à son maître Jacques !), dans le cadre des chantiers bois, est une spécificité de l’E.P.D.A. Cette « pratique » requiert des techniques de préparation, d’attelage, de « menage » et de soins du cheval. Elle permet, pour les jeunes, de développer des compétences qui allient maîtrise de soi (la patience, le temps, la « non-maîtrise » …) et soin « de l’autre » (prendre en compte les besoins de l’animal, lui témoigner de l’affection…).

Le dernier jour de ce séjour éducatif a été réservé à une « découverte du site », un environnement de haute montagne, apprécié des touristes mais méconnu de ces jeunes hauts-savoyards éloignés, malgré leur proximité géographique, de cet univers. Plusieurs options ont été proposées. L’aller-retour à l’Aiguille du midi a été retenu. Ce jour-là, tout comme les jours précédents, le temps était magnifique. Si la montée en télécabine a pu être éprouvante, voire un réel défi, pour certains, la dynamique positive créée au cours du séjour a permis à tous de se soutenir et d’apprécier le splendide paysage ensemble.

Une réelle cohésion de groupe s’est construite entre tous. Lors du bilan de fin de camp, les jeunes ont pu exprimer leur satisfaction quant aux 4 jours écoulés. Ils ont émis le souhait de se revoir autour d’un repas pour partager les souvenirs et les photos.

Les éducateurs pourront, quant à eux, s’appuyer, au fil de l’accompagnement éducatif, sur les acquis de cette expérience. Ils pourront en effet, à partir de là, accompagner la trajectoire de chacun avec, pour mémoire, ce temps partagé. C’est en s’appuyant sur les potentiels repérés, sur des moments de vie éprouvés, sur une relation à laquelle chacun s’est « frotté» au quotidien, que l’éducateur pourra permettre de conforter chacun dans sa construction en tant que sujet.

L’équipe éducative